Accompagner le deuil d’un suicidé, par l’hypnose

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir Hypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Benjamin GOLEBIEWSKI en 2021

Accompagner le deuil d’un suicidé, par l’hypnose

Le suicide est phénomène existant depuis les débuts de l’humanité, il est néanmoins considéré comme une problématique réelle de nos jours de par son impact sur l’entourage, qui est de plus en plus étudié, de par ses conséquences. Le deuil est un expérience individuelle, un schéma de deuil ne peut être superposé d’un individu à un autre. Il en est d’autant plus le cas dans le cadre du deuil d’un proche suicidé. En effet, du suicide découle de nombreuses conséquences pour l’entourage, plus ou moins importante selon les individus. Ces conséquences peuvent être dévastatrices pour l’endeuillé, qui est submergé par une vague d’émotions, aussi bien dirigée vers lui-même, le défunt ou autrui.
Il est important de pouvoir repérer ces dommages dont l’individu est victime pour pouvoir l’accompagner au mieux dans son acceptation de la réalité de la perte. Certains sujet vont pouvoir se remettre du drame par eux même, mais d’autres, notamment et plus souvent, ceux qui ont des antécédents de troubles mentaux, vont demander une attention plus particulière, dépendamment de certains paramètres (la relation, la condition de décès, le statut, etc.). Bien des formes d’accompagnement existent, aussi bien médicales, médicamenteuse, psychologiques, associatifs ; bien que efficaces dans la plupart des cas, dans d’autres elles présentent une certaine limite, ou certaines failles (les antidépresseurs inadaptés, la longueur de la thérapie, l’épidémie suicidaire,…). L’hypnose apparait alors comme une solution pour certains cas, effectivement, des endeuillés disent se libérer d’un fardeau du deuil en deux à trois séances, alors qu’ils portaient ce fardeau depuis des années.
Pour pouvoir apporter une aide efficace, il faut connaitre les émotions et ressentis, récurrents et normaux, qui se manifestent lors du travail du deuil et particulièrement dans celui du suicide, l’émergence de la colère, de la honte, du repli, pour ne citer que eux. En plus des points particuliers à l’endeuillé, qui peuvent avoir un impact sur ce processus et qu’il est important d’identifier. L’accompagnement va consister à laisser le sujet s’exprimer, sur ce qu’il a besoin de dire, d’entendre, des émotions qu’il a besoin de libérer ; lui donner cette possibilité va aider à avancer vers une acceptation de la réalité.
L’hypnose peut être un outil très utile dans la gestion des dommages que le suicide du proche peuvent avoir sur l’intégrité psychologique ou physique du sujet. Le thérapeute, par certaines technique va pouvoir accompagner, faciliter ou même débloquer un travail du deuil. Il doit cependant identifier certains paramètres concernant le sujet, afin d’offrir un accompagnement, de qualité, adapté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.