Infertilité, FIV et hypnose

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir Hypnohypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Thierry Gluck en 2017

Infertilité, FIV et hypnose

La procréation médicalement assistée (PMA) est un processus partiellement artificiel qui consiste à apporter une solution à l’infertilité. La fécondation in-vitro (FIV) est l’une des techniques phares de ce processus.

Le taux de réussite est très variable selon les centres PMA, il se situe entre 20 et 25% et va
jusqu’à 40% pour les meilleurs.
40% des échecs restent inexpliqués sans lien avec I’anatomie, la qualité des recueils ou un
éventuel écart de la rigueur du processus.
Le processus d’une FIV est long et éprouvant ce qui engendre des états d’esprit très variés
et très inattendus, en fonction de la traduction psychologique que les prétendantes font de
cette épreuve.

En effet, les retours d’information des différents médias spécialisés et du service PMA de
l’hôpital Antoine Béclère en particulier, précurseur en matière de FIVet lit du premier bébé
éprouvette Amandine qui a vu le jour en 1982, s’accordent à relater unanimement une
multitudes d’émotions nouvelles auxquelles les prétendantes ont à faire face et qu’elles n’ont
pas l’habitude de gérer, surtout les plus jeunes.

Sont rapportés régulièrement :
Des sentiments de frustration, d’abandon, de non-acceptation de l’infertilité, de peurs, de
honte, de punition, de colère, d’angoisses, de culpabilité, d’impatience, de dépression, de
défaitisme, de difficulté à accepter le regard des autres, d’incompréhension face à la
technique et la complexité du processus (les sujets préféreraient avaler un médicament qui résout tout) d’incompréhension face à l’échec lorsque aucune explication rationnelle ne peut
être donnée etc…

Toutes ces « montagnes russes » émotionnelles sont principalement liées à la crainte de
l’inconnu, du changement, à l’appréhension de la complexité du processus et à la perte de
repères.
Un enchaînement rapide et très précis en termes d’obligations, d’épreuves aussi variées que
complexes, cumule et accélère la désorientation psychologique.
Ce type de désarroi, de doutes, de peurs, de blocages rentre bien dans le cadre de
l’hypnose.

L’hypnose est déjà efficace avant de commencer la FIV. Elle permet de mettre le Sujet en
pleine confiance, dans une attitude sereine avec un esprit positif, volontaire, motivé, orienté
réussite.
Pendant le processus FIV, l’hypnose permet de traiter les doutes et les peurs qui peuvent
survenir en cours de parcours.
Après le parcours FIV, si la tentative doit être renouvelée, l’hypnose permet de mettre le
Sujet dans un état d’esprit de conquérant pour affronter un nouveau processus.
En cas d’abandon définitif, l’hypnose permet de faire le deuil sur cet attente non satisfaite,
de prendre du recul sur cette aventure et d’orienter le Sujet vers d’autres perspectives, afin
d’éviter qu’il glisse vers la dépression ou l’isolement vis-à-vis des couples ou des enfants de
son entourage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.