Cancer du sein et hypnose

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir Hypnohypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Prisca Wasem en 2018

Cancer du sein et hypnose

Le cancer du sein touche une population de plus en plus jeune. 1 femme sur 8 y sera confrontée durant sa vie.

Dans notre entourage, il y a donc de nombreuses femmes qui sont atteintes par cette maladie.

Toutefois, la vie continue et souvent afin de protéger leur entourage, leur famille et garder leur travail, elles taisent leurs souffrances.

Les effets adverses comprennent les dégâts collatéraux (perte de travail, difficultés familiales…). Et les effets secondaires des traitements. Ceux-ci sont souvent minimisés par l’entourage et le personnel soignant. Les clientes pour leur part n’osent pas s’en plaindre, considérant que c’est le prix à payer pour guérir. Car, pris individuellement, ils sont tout à fait surmontables et supportables. C’est le cumule de ceux-ci et leur durée dans le temps qui usent progressivement ces femmes.

L’annonce est un choc et un mois après celle-ci, ces femmes se font opérer. Le temps est comme arrêté ou passe trop vite. Ce qui est sûr, c’est qu’elles perdent la maîtrise de leur vie et de leur corps. Trouver des ressources dans ces moments-là, n’est pas évident.

Au début, durant les traitements qu’ils soient chirurgicaux ou médicaux, elles sont entourées par une équipe de soignants. Mais arrive le moment où elles se retrouvent à nouveau dans la vie « normale » et où il faut faire face à ces effets adverses.

Travaillant au département de Gynécologie et d’obstétrique des HUG en tant que physiohypnothérapeute, je suis ces clientes lors des traitements chirurgicaux. Ceux-ci ont lieu un mois après l’annonce puis lors de la reconstruction, un an après. Elles me témoignent souvent des difficultés qu’elles rencontrent. Une grande majorité cherche dans les thérapies complémentaires des ressources supplémentaires. A ce stade, l’hypnose n’en fait pas encore partie.

Pourtant, cet outil pourrait soulager de nombreux effets adverses et offrir une convalescence plus douce et sereine à un grand nombre d’entre elles.

Une liste des effets adverses a été éditée par plusieurs organismes. J’ai choisi de traiter les plus courants. C’est-à-dire, ceux provoqués par l’hormonothérapie. Elle est prescrite pour 5 ans, chez 75% de ces clientes.

Sont associés à ceux-ci, une panoplie d’émotions pour lesquelles l’hypnose pourrait offrir un soutien individualisé. Ce qui permettrait à la cliente, de mettre en œuvre des changements vers un plus grand confort.

L’hypnose est adaptée pour ces clientes durant tout le processus de soins. Des phases pré et post opératoires jusqu’à la fin du suivi médical. Des études montrent qu’opérer ces clientes sous hypnose ou instaurer des séances d’hypnose avant l’arrivée des effets adverses, diminueraient leur impact.

Une fois ces effets adverses présents, l’hypnose permet aux clientes de les atténuer voire de les faire disparaitre. Elles peuvent ainsi être actives dans leur prise en charge et développer de nouvelles ressources qu’elles pourront utiliser tout au long de leur parcours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.