Transformer la Procrastination en Action avec l’Hypnose Thérapeutique

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir Hypnohypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Florence Hernandez en 2017

Transformer la Procrastination en Action avec l’Hypnose Thérapeutique

Venant du monde de l’entreprise, j’ai observé qu’il y avait parfois une grande différence d’efficacité entre des salariés ayant le même niveau d’étude et de compétences. Mise à part, pour certains, leur difficulté à communiquer, ce qui n’est pas négligeable, c’est très souvent leur crainte irrationnelle à passer à l’action qui en était la cause principale ; cette inaction justifiant à la longue des disparités d’évolution de carrière.

Cette prépondérance à remettre au lendemain ce qui devrait être fait le jour même se nomme la procrastination. Elle s’observe également dans les sphères sociale et domestique.

En échangeant avec mes proches et mes amis, je me suis rendu compte que tout le monde, à des degrés divers, était touché par cette attitude plus ou moins handicapante. 25% de la population en souffre à un degré pénalisant. Ce chiffre monte jusqu’à 50 % pour les étudiants.

Alors, je me suis interrogée sur : qu’est-ce que la procrastination ? Est-ce un trait de caractère ? D’où vient-elle ? Comment gérer ce fonctionnement ? Comment et que changer ? Que peut apporter l’hypnose thérapeutique à ces clients désireux de changer ?

Pour répondre à ces questions, j’ai recherché dans la littérature et sur internet comment le sujet était traité. Le Dr B. Koeltz, M. Ferrari, P Ras entre autres auteurs, abordent la procrastination sur l’axe comportementaliste. Ils proposent la mise en place de règles d’actions à mener pour susciter la motivation et faire perdurer le changement. Autrement dit, leur approche est d’intervenir au niveau des faire pour changer l’être.

J’ai souhaité aborder le sujet d’une autre façon. Dans un premier temps, je me suis inspirée de la pyramide de Dilts pour regrouper toutes les données théoriques. Ceci m’a permis de mettre en place un plan de questionnement à introduire durant l’anamnèse afin que le client puisse découvrir ses motivations cachées derrière sa procrastination. Puis en remontrant aux racines communes des différentes formes d’expression de la procrastination, je propose une suite de protocoles complémentaires qui visent, grâce à l’hypnose thérapeutique, à intervenir au niveau de l’être pour changer les faire.

J’ai testé cette approche sur une cliente et cela a donné de bons résultats. Il est important de noter que le fait d’intervenir dans un premier temps sur la procrastination avec l’hypnose a permis à ma cliente de travailler par la suite sur d’autres axes majeurs pour son développement personnel.

En conclusion, les résultats obtenus avec l’hypnose sont intéressants. Les propositions de protocoles seront à adapter en fonction de la motivation subjacente du client à procrastiner. Je pense que selon le cas, il pourrait être positif de conjuguer l’approche hypnotique et l’approche comportementaliste.

J’envisagerais de travailler avec l’hypnose sur l’axe : agir sur l’être pour modifier les faire, puis en renforcement, entre les séances d’hypnose,
introduire l’axe comportementaliste : suggérer une autre façon de faire pour changer son être. Ces méthodes combinées aideraient le client à reprendre son pouvoir et sa responsabilité … pour passer à l’action de façon active.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.