Accompagnement par l’Hypnose d’une femme césarisée

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir hypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Guénaëlle Bodet en 2019

Accompagnement par l’Hypnose d’une femme césarisée

En 2019, environ 1 femme sur 5 (voire 4) vit une césarienne alors même que les recommandations de l’OMS, sont de 10à 11%.
Si la nécessité d’une césarienne ne se discute pas d’un point de vue médical, tant elle sauve des vies, elle se discute sur l’aspect psychologique. Bien des femmes ayant subi une césarienne en urgence sous anesthésie générale ou pas) se trouvent confrontées à des douleurs intenses. Elles verbalisent de la tristesse, de la colère, de la honte pour certaines, une culpabilité, un échec. Et présentent des signes de traumatisme psychiques tels que douleurs chroniques, fatigue intense, insomnies, cauchemars, ruminations qui peuvent conduire à la dépression du post-partum.
Mon expérience professionnelle me montre que le personnel médical et/ou para médical ne prend pas tellement en compte cette souffrance. Il n’est pas systématiquement proposé d’aide à ces mamans. Par comparaison le personnel soignant va être plus prévenant avec un client opéré d’une occlusion intestinale qu’avec cette maman qui vient d’avoir elle aussi une chirurgie de même dimension. Et la petite phrase qui dit que « tout le monde va bien » ne permet pas à cette maman de se sentir mieux. L’entourage familial a lui aussi tendance à minimiser la césarienne puisqu’ « avoir un bébé rend forcément heureux ».
Je suis persuadée que l’hypnose, en tant qu’outil thérapeutique, peut tout à fait être utilisée pour « guérir » ce trauma. Elle permet à la personne en état modifié de conscience d’accéder à ses ressources intérieures afin de connaître un état émotionnel stable et pouvoir modifier sa perception de la situation. Elle va permettre à la femme de s’orienter vers une solution, contrairement à la psychologie ou la psychanalyse qui elles vont chercher le pourquoi. J’ai choisi pour cela de faire revivre le moment de la césarienne à la maman en utilisant la technique de la régression, en procédant au « nettoyage émotionnel » de l’instant en laissant la cliente accéder à ses ressources et potentiels intérieurs et lui proposer une métaphore simple qui apporte une valeur complémentaire « courage » à la valeur « réussite » et contre-valeur « échec ».
Mon utilisation de l’hypnose se situe dans la cadre de la césarienne qui a déjà eu lieu, puisque d’une part je ne travaille pas en salle de naissance, d’autre part, la décision de la césarienne est prise très vite puisque le pronostic vital du bébé (le plus souvent) est engagé et que le temps, qui est compté, est dédié à la préparation de la future maman de son conjoint ainsi que de l’équipe médicale ( chirurgien, anesthésiste, bloc opératoire, tenues, plateau d’instruments…) De plus c’est bien souvent dans les jours et les semaines qui suivent que les effets se manifestent (pleurs, fatigue, cauchemars…).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.