L’hypnose et la douleur physique

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir hypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Pascal BUYCK en 2018

L’hypnose et la douleur physique

Paradoxalement, c’est grâce à des douleurs insupportables sur une hernie discale sévère que j’ai découvert l’hypnose. Après quelques séances, ces douleurs ont disparu. Une année plus tard, la hernie avait régressé à l’IRM.L’hypnose a accompagné ma guérison. Me considérant comme un exemple vivant de ce sujet, j’ai du plaisir à rédiger mon processus d’autohypnose qui m’a accompagné pendant une année.Dans nos institutions de santé,l’hypnose a progressivement gagnésa place dans la gestion de la douleur. Mais son acceptationa connu des aléasdans le regard du monde médicaltout comme dans les yeux des clients et clients.Nous verrons que c’est au 19èmesiècle, dans le contexte médical que l’hypnose a connu ses premières lettres de noblesse et bien que disparue quelque peu durant quelques décennies, c’est de nouveau grâce à son rôle dans ce domaine que l’hypnose reprend de plus en plus de place dans les médias et gagne en crédibilité.

Pour le hypnothérapeute qui est confronté à des clients hésitants, l’argument del’usage hospitalier de l’hypnose et sa présence aujourd’hui dans la plupart des centres de la douleur fait foi et rassure à peu près car en effet, cet argument est à double tranchant puisque l’hypnotherapeute n’anesthésie pas son client. En effet, il veutle conserver très conscient pour que lui-même régule sa douleur.Un autre élément que nous aborderons est le grand paradoxe culturel lié à notre histoire judéo-chrétienne et monothéiste: l’ambivalence inconsciente que la souffrance et la douleur sont bénéfiques à notre «salut». Même les athéset les agnostiques portent en eux les stigmates de cette vision du salut. Quelques textes tristement éloquents en annexes sont les témoins de discours religieux visant à accabler les personnes qui feraient appel aux services de l’hypnose thérapeutique. Etant moi-même chrétien, j’ai trouvé utile d’en faire référence car comme ce fut le cas depuis la nuit des temps, les réticences conscientes et inconscientes de nos clients et futurs clients reposent sur des théories obscurantistes.

Le hypnothérapeute apprendra à être vigilent face aux enjeux cachés de la demande de son client et une excellente connaissance des mécanismes de la douleur et de leurs catégories sont indispensables à un bon travail thérapeutique. C’est pourquoi, ce mémoire s’attardera à synthétiser quelques études scientifiques issues de la littérature francophone et anglophone pour éclairer le chemin du hypnothérapeute.En plus de quelques pratiques connues en hypnose pour réduire ou stopper une douleur, nous découvrirons un cas vécu qui fait la parfaite démonstration de l’impact des dérèglements dans la vie d’une personne sur sa santé.

L’axe le plus heureux du travail de l’hypno hypnothérapeute est de «négocier» avec son client l’intégration de distinguer souffrance et douleur et de pouvoir ensuite articuler son travail en fonction des éléments issus d’une anamnèse qui se doit être très approfondie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.