L’Hypnose au service de l’addiction numérique

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir Hypnohypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Christophe Tessier en 2019

L’Hypnose au service de l’addiction numérique

Qu’on le veuille ou non, la télévision, les ordinateurs, les tablettes, les smartphones sont de
merveilleux outils. Ils nous ont permis, à nous autres humains, de réaliser des prouesses
fulgurantes. Et ils permettent à chacun d’entre nous de bénéficier d’une assistance énorme pour communiquer, mais aussi pour organiser nos journées, véhiculer nos idées, gérer nos entreprises, notre travail, notre famille, nos amis, et j’en passe. Le problème, avec les écrans, c’est qu’ils nous dévorent. Eh oui, l’addiction aux écrans n’est pas un mythe. C’est une réalité, et elle touche la plupart d’entre nous. Le développement et l’évolution des moyens de communication, au travers notamment de la multiplication des blogs et des réseaux sociaux, changent le rapport de l’individu à autrui. Ainsi, l’identité numérique permet l’identification de l’individu en ligne et la mise en relation de celui-ci avec l’ensemble des communautés virtuelles présentes sur le Web.

L’identité numérique (« IDN ») peut être définie comme un lien technologique entre une
entité réelle (personne, organisme ou entreprise) et des entités virtuelles (sa ou ses
représentation(s) numériques).

« Les enfants d’aujourd’hui grandissent immergés dans un monde d’écrans, ce qui a des effets
positifs et négatifs sur le développement. » Cette attitude viendrait-elle surtout des nouveaux
usages engendrés par le téléphone ? Des recherches menées sur les grands usagers des
smartphones et des réseaux sociaux mettent en évidence une plus grande probabilité de souffrir de certains problèmes psychologiques : anxiété, dépression et addiction.

Plus insolite, une enquête menée en 2017 a interrogé les Français sur un choix crucial : jusqu’où pouvez-vous sacrifier vos autres sources de plaisir pour garder votre smartphone ?
Quelque 79% des sondés ont répondu préférer se passer d’alcool pendant une semaine plutôt
que d’être privés de smartphone, 66 % choisiraient d’arrêter le sport et 41 %, soit près d’un sondé sur deux, préféraient se passer de sexe plutôt que du net. Une addiction qui surpasserait toutes les autres ? Quel est le rôle de l’hypnotherapeute face aux thérapies actuelles ? Face à ce razde-marée numérique, quelles sont les évolutions possibles au sein des familles et de notre société actuelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.