HYPNOSE THERAPEUTIQUE ET PROTEODIES

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir Hypnohypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Vincent BARGOIN en 2019

HYPNOSE THERAPEUTIQUE ET PROTEODIES

J’explore ici la relation entre deux domaines de recherche rencontrés dans mon existence : le domaine des protéodies, dans lequel j’ai de l’expérience, et le domaine de l’hypnothérapie, que je découvre.

Une protéodie est une représentation d’une séquence protéique – une représentation sonore que nous pouvons écouter, comme « le collier de perles » est une représentation visuelle que nous pouvons observer.
Simplement, dans la représentation observable, chaque acide aminé est figuré sous la forme d’une perle du collier ; dans la représentation audible, il est figuré par une fréquence sonore.
D’ailleurs, un acide aminé est un corpuscule, donc il est aussi une onde, de fréquence proportionnelle à sa masse.
Une protéodie est ainsi une succession de fréquences naturelles, transposées dans l’audible, reproduisant une séquence naturelle, qui est celle de la succession des acides aminés dans une chaine protéique.
La beauté de l’affaire est que ces successions se révèlent musicalement construites.
Ceci pourrait d’ailleurs nous en apprendre beaucoup sur la synthèse des protéines.

Cette représentation d’une séquence protéique, l’idée est qu’elle pourrait résonner avec la synthèse même de cette séquence, dans la profondeur d’un organisme, et peut-être ainsi réguler cette synthèse dans la mesure où c’est utile à l’organisme.
La protéodie correspondant à telle ou telle protéine serait ainsi un signal permettant de s’adresser à la synthèse de cette protéine in vivo, un procédé de régulation épigénétique de cette synthèse présentant la particularité d’incorporer le ressenti d’un sujet.

Dans les années 90-2000 diverses expérimentations ont été menées avec le procédé.
Elles ont conduit à des applications aujourd’hui développées dans le monde agricole.

Naturellement, la question se pose d’un intérêt des protéodies en santé humaine, dans nos équilibres.
Qu’écoute-t-on au quotidien ?
Et gagnerait-on à écouter certaines protéodies, presqu’à titre d’hygiène de soi ?
Mais d’abord, comment reconnaître les protéodies qui nous conviendraient ?
Pour aborder cette question, l’hypnose est une voie intéressante, riche en déconditionnement et réappropriation de soi.

En tant qu’information, les protéodies peuvent être envisagées comme des suggestions biologiques, reçues à l’échelle moléculaire.
Les musiques déjà utilisées en hypnose sont elles-mêmes des signaux, visant à stabiliser telle ou telle pulsation biologique par résonance.
C’est aussi le principe des protéodies, avec une résonance qui irait loin, cependant.

En première partie, ce mémoire expose la recherche qui a conduit aux protéodies : les bases physiques, biologiques et épistémologiques, ainsi que les suites expérimentales qui leur ont été données.
En seconde partie, il examine des convergences de structure et de fonction entre protéodies et hypnose, et raconte trois séances d’hypnothérapie intégrant des protéodies, menées avec des personnes volontaires.

En conclusion, des protéodies sont effectivement intégrables dans une séance imaginée pour une personne, et adaptée au moment.
Les trois séances présentées ici ont été vécues comme agréables par mes amis et par moi-même.
D’autres séances peuvent donc être imaginées puisque chacune demande à l’être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.