HYPNOSE ET JALOUSIE, ÉTATS RÉGRESSIFS, AGRESSIVITÉ… D’UN ENFANT À LA NAISSANCE D’UN FRÈRE OU D’UNE SOEUR

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir Hypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Veronique Riguidel en 2020

HYPNOSE ET JALOUSIE, ÉTATS RÉGRESSIFS, AGRESSIVITÉ… D’UN ENFANT À LA NAISSANCE D’UN FRÈRE OU D’UNE SOEUR

La jalousie à la naissance d’un frère ou d’une soeur est naturelle et constitutive de la personnalité de l’enfant. Mais, cette jalousie, si elle n’est pas sublimée, peut également générer de la souffrance, des émotions et des sentiments négatifs à l’origine de troubles et de pathologies qui peuvent d’ailleurs perdurer jusqu’à l’âge adulte. Les parents de plus en plus attentifs n’hésitent plus aujourd’hui à consulter.

C’est souvent lors du traitement d’un de ces troubles que l’hypnothérapeute découvre la jalousie sous-jacente et son impact sur le fonctionnement de l’enfant.

Comment fonctionne la jalousie? Peut-elle être pathologique? Quelles sont ses formes? Existe-t’ il des facteurs aggravants? Comment la repérer? Comment est la traiter? L’hypnose peut-elle être un outil efficace?, sont autant de questions auxquelles se mémoire tente de répondre.

Ce conflit psychique, comme nous le verrons, est teinté parfois d’émotions « négatives » très fortes. Nous savons qu’avec l’hypnose, il est possible de changer l’expérience émotionnelle en créant par l’hypnose des expériences émotionnelles nouvelles et correctrices. L’(hypnose est donc un outil qui semble particulièrement adapté dans ce type de problématique.

Cependant, des connaissances en matière de développement psychologique, affectif et cognitif de l’enfant peuvent permettre de comprendre de comprendre les symptômes de l’enfant mais aussi d’adapter stratégie d’accompagnement en hypnose. Par ailleurs, Il existe des spécificités formelles à l’hypnose pour l’enfant dont certaines sont exposées dans ce mémoire en préalable et à travers l’étude de cas. Il est, par exemple, impératif que l’hypnothérapeute puisse se mouvoir dans l’univers de l’enfant en se re-connectant à son enfant intérieur.

L’implication du système familial dans le fonctionnement de l’enfant est également à prendre en compte systématiquement en réalisant, par exemple, une double anamnèse, celle des/du parent (s) et celle de l’enfant. Il est possible d’utiliser tous les outils connus de l’hypnose, prétalks, inductions, protocoles… mais ils doivent être adaptés en fonction de l’âge de l’enfant.

C’’est au travers ce sujet de mémoire que, finalement, je découvre les particularités de l’hypnose pour enfant, celles-ci ayant été survolées au cours de la formation à l’ECH.

Quant à l’étude de cas développée dans ce mémoire, il s’agit d’une jalousie, d’un enfant a cinq ans, détectée à travers le symptôme de l’énurésie nocturne. Au regard de son âge, de la rechute, la stratégie mise en place consiste à identifier dans une première séance l’évènement potentiellement déclencheur ainsi que les émotions associées.

C’est à travers, l’analyse et l’observation, que la jalousie fraternelle apparaît au grand jour. La naissance d’une soeur repérée comme point de cristallisation des souffrances de l’enfant amène assez naturellement à valider un objectif de séance d’hypnose destinée à transformer cet état émotionnel avec un objectif
« secondaire » autour de l’arrêt du pipi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.