Hypnose et dance

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir hypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Deborah BAERFUSS en 2017

Hypnose et dance

La danse (transe) est surtout connue pour permettre d’entrer en état d’hypnose mais quand
est-il de l’hypnose utilisée pour améliorer les performances d’un danseur ?
Les dernières recherches scientifiques ont démontré que l’entraînement mental augmente la
force musculaire en l’absence de mouvement musculaire. En pratiquant cet entraînement
mental en état d’hypnose, on améliore encore davantage les résultats. En effet, des études
réalisées grâce aux techniques d’imagerie cérébrale (PET SCAN, EEG, IRM ) mettent en
lumière les effets de l’hypnose sur le cerveau. Lorsqu’on imagine faire un mouvement en état
d’hypnose en utilisant les sens, on active les aires du cerveau de la même manière que si on
réalisait réellement le mouvement. En outre, les régions du cerveau en rapport à la
représentation de soi et à l’imagination modifient leur communication entre elles.
D’autres recherches prouvent que la danse modèle le cerveau et présente de nombreux
bienfaits. Notamment, elle améliore la mémoire et augmente la capacité d’adaptation en
renforçant la plasticité neuronale.
Actuellement, l’entraînement mental associé à l’hypnose est de plus en plus utilisé dans le
domaine sportif pour les athlètes de haut niveau y compris dans le domaine de la danse.
L’intérêt est de pouvoir agir rapidement à plusieurs niveaux et surtout sur un plan psychique
afin d’améliorer les performances.
En effet, les principaux freins sont d’ordre psychologiques si bien qu’en bénéficiant d’outils
comme l’auto-hypnose, le danseur peut acquérir une indépendance dans sa préparation
mentale et physique et peut, par conséquent, gagner du temps pour atteindre son objectif de
performance et de progression. L’intérêt est également de pouvoir adapter un traitement sur
mesure, modifiable en tout temps en fonction des besoins et qui n’a comme limite , outre
certains facteurs physiques immuables, que l’imagination et l’envie.
En laissant place à la créativité, en supprimant les entraves psychologiques, on laisse place
à la possibilité de progresser avec plaisir et non dans la souffrance de mouvements répétés
jusqu’à l’épuisement dans le but d’imposer une technique externe au corps. Il est beaucoup
plus intéressant de développer une technique émanant de l’intérieur qui sera plus juste dans
l’alignement, l’équilibre et le ressenti. Pour que la danse prenne toute sa dimension en tant
qu’art en terme d’expressions, il est primordial que le danseur puisse dépasser certains
facteurs limitant pour accéder à tout son potentiel expressif et créatif.
On commence à s’intéresser aux danseurs en élaborant des protocoles spécifiques et
certains chorégraphes utilisent déjà l’hypnose en préparation mentale des danseurs. A
l’instar de Catherine Contour ( danseuse-chorégraphe professionnelle pratiquant l’hypnose)
qui est déjà dans l’application de ces concepts avec pour projet de filmer et projeter dans
des cinémas ses « pièces d’hypnose » dansées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.