Enjeu – En jeu – EN JE « En quoi la posture peut-elle être un élément différenciateur dans l’accompagnement thérapeutique »

Les élèves de l’ECH en formation pour Devenir Hypnothérapeutes réalisent un mémoire de fin de formation sur une thématique qu’ils ont choisie.

Voici la synthèse du mémoire réalisé par Frank DUCOMMUN en 2020

Enjeu – En jeu – EN JE « En quoi la posture peut-elle être un élément différenciateur dans l’accompagnement thérapeutique »

Pendant mes apprentissages à l’hypnose j’ai pu évaluer à quel point le lien entre le sujet et le thérapeute pouvait être dense…ou pas du tout !!!

J’ai mesuré combien l’enjeu, la quête de succès, l’attachement à une consigne, vouloir maîtriser une technique, être tourné sur soi-même étaient si limitant, si rétrécissant. Le fameux « il faut que » menant irrémédiablement à la déception ou à l’échec (quoi de plus normal lorsque l’on sait que le mot « falloir » possède la même étymologie que « faillir » dont la racine latine « fallere » signifie « tromper, manquer, échapper à »).
J’ai perçu à quel point projections, interprétations et autres préjugés menaient systématiquement à une altération du lien empathique.
Par la pratique, j’ai pu faire le constat que les émotions du sujet pouvaient avoir un impact immédiat sur celles du thérapeute (et vice-versa).

En définitive, dans la relation avec le sujet, qu’est-ce qui est en jeu ?

Beaucoup plus que l’approche purement technique, les protocoles, les « savoir-faire », ce sont la pleine présence, l’écoute active, la bienveillance, le non-jugement et le « savoir-être » qui sont essentiels et qui donnent du sens (la sonorité « sens » est d’ailleurs contenue dans le mot « essentiel ») à l’accompagnement.
La relation à l’autre (de manière générale) dépend avant tout de la relation avec soi-même ; et ce, de manière encore plus évidente en thérapie : Comment être pour l’autre si je ne suis pas pour moi-même ?
Frédéric DARD écrivait en ce sens : « Être est plus indispensable qu’avoir. Le rêve, c’est d’avoir de quoi Être » (Frédéric DARD, Les pensées de San-Antonio, Ed. Le Cherche-midi, 204 p.). Être nous place dans le Hic et Nunc, dans le Ici et Maintenant, alors qu’avoir nous tourne soit vers un passé d’où il est issu, soit dans l’avenir comme une promesse d’Être.

Ce mémoire ne se veut pas un manifeste exhaustif ni même un recueil de bonnes pratiques ou de recettes miracles (ce qui serait assez antinomique avec le sujet !), mais plutôt un angle de vues, un partage d’expériences (celles de professionnels au sein de leurs contextes et les miennes au travers de mon parcours sportif ou personnel) pour peut-être permettre à chacun(e) de prendre ce qui est bon et utile pour lui (elle) afin de cheminer et de s’approprier en quoi la posture peut devenir un vrai élément différenciateur dans l’accompagnement thérapeutique :
– Avant une séance : Comment se préparer et se protéger…
– Pendant une séance : Comment être pleinement présent, sans jugement, sans transfert ou contre transfert, sans être affecté émotionnellement (quelle que soit la complexité des situations à traiter) …
– Après une séance : Comment se recentrer, comment « nettoyer », comment se remettre en question continuellement, comment continuer de progresser dans sa pratique…

En d’autres termes : Comment développer les qualités d’Être, le « EN JE », pour plus de stabilité, plus de profondeur, plus de verticalité dans la pratique de l’hypnose thérapeutique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.